[rétro-test] Spider-Man (Nintendo 64)

Publié le par Xenos_

Pour cette semaine de vacances (pour moi) je savais que je ne pourrai pas vous proposer de news ou autres vidéos que je dégote habituellement sur le net et c’est pourquoi j’ai décidé de vous préparer 2 tests pour faire passer le temps, et peut être vous faire découvrir des jeux sympas.

Je me suis donc dit que, étant chez moi (toutes mes consoles à disposition), ce serait l’occasion de faire un petit test rétro d’un jeu pas forcément très connu. Ça faisait longtemps que je n’avais pas touché à ma N64 et en parcourant mes jeux je me suis rendu compte que beaucoup étaient très connu et que les autres étaient malheureusement assez nuls …

Et puis je me suis dit « fuck off, j’ai envie de jouer avec Spidey » et c’est en faisant quelques recherches préparatoires que je me suis rendu compte que ce n’était en fait pas un jeu des plus connu sur N64. Il me fallait donc rétablir cette injustice pour ce jeu que j’avais tout simplement adoré étant gosse.

spider366269 28163 front

 

C’est donc en chevalier du retro que je me propose à vous aujourd’hui pour sauver de l’oubli l’un des seuls jeux à licences de l’époque à ne pas avoir été bâclé. Oubliez tous les Superman 64 ou Batman : Beyond the Joker qui représentent le paroxysme du mauvais sur N64 et découvrez : Spider-Man.

 


Un scénario inédit et prenant.

Vous connaissez tous Spider-Man, super héros de la ville de New York ayant hérité ses pouvoirs d’une morsure d’araignée. C’est tout ce dont vous avez besoin de savoir, en effet dans ce jeu le scénario est inédit et très bien expliqué.

Bien sûr il vaut mieux connaitre un peu plus l’univers Marvel pour apprécier pleinement le jeu mais ce n’est pas du tout une obligation.

Concernant le scénario en lui-même est présenté via des cut scenes sous forme de comics ainsi que quelques cinématiques. Il est assez intéressant pour faire de bonnes liaisons entre les différents niveaux d’action et l’histoire intègre de nombreux personnages que l’on retrouvera avec plaisir.

spim64001

Faut aimer le brouillard…

Bon ok, je trolle un peu dans l’intertitre mais il est vrai que la distance d’affichage n’est pas non plus le point fort de ce titre, en même temps sur une cartouche de N64 on ne peut pas demander beaucoup plus avec une ville de cette taille.

Pour continuer dans les petits défauts du jeu on pourra dire que les environnements ne sont pas très variés et très inventifs mais en même temps c’est la skyline de New York… et puis les textures sont correctes alors pas de quoi se plaindre.

On pourrait aussi montrer du doigt les rares problèmes de textures ou d’affichage mais ils restent peu importants et ne n’altéreront pas votre expérience de jeu.

N’ayez pas peur pour autant, ces quelques défauts ne gâchent en rien le jeu. On trouve d’ailleurs dans la case [graphismes] de grandes qualités. Notamment le design des personnages et leur modélisation mais aussi d’un point de vue plus technique leur animation réaliste (pour l’époque) et très fluide.

 spim64005

Ça rocks du poney.

Et pas que du poney d’ailleurs, le principal de la bande son du jeu est constitué de rock plus ou moins énervé selon la situation mais toujours agréable. Dans l’ensemble la bande son reste dans des thèmes proches de ceux du dessin animé que l’on a pu croiser en France.

Les doublages quand à eux sont inégaux mais plutôt bons dans l’ensemble et les répliques de Parker (Spidey) ou de Venom comporteront souventle trait d’humour qui détendra l’atmosphère lors des phases de jeu un peu tendues.

 spim64010

On s’éclate.

Car oui c’est bien là que ce situe LE point fort du jeu : le gameplay. Des déplacements libres entres les immeubles de New York aux combats de boss parfois assez technique si vous jouez en hard, vous prendrez votre pied à jouer à ce jeu entre action et plate-forme avec même quelques phases particulières (course, recherche …).

Bon effectivement on se rend bien compte que lorsque l’on se balance au bout de nos fils, on n’est finalement rattaché à rien, en tout cas rien de palpable :p Mais lorsque l’on joue ce n’est pas ce genre de détails qui nous importe mais la liberté que l’on a à se balancer de cette façon, le pouvoir de s’accrocher aux murs et aux plafonds …

Ce fun se retrouve aussi dans les combats, la possibilité de faire des combos, des prises et toutes les choses possibles grâce à nos toiles (bouclier, gants, jet de boules …).

Je dois vous avouer que la première fois que je l’ai refait, je l’ai fait en facile et honnêtement, c’est assez marrant mais le challenge n’est pas vraiment présent. Par contre si vous tentez l’expérience en hard, il ne faudra pas avoir peur de mourir de temps en temps tout en sachant que les points de sauvegarde sont suffisamment nombreux pour éviter toute frustration.

 Spider-Man546

30 niveaux, c’est déjà pas mal.

Et oui la durée de vie est conséquente dans ce titre d’Activision (qui n’a pris ses mauvaises habitudes que plus tard). Et on associera à la trame principale la possibilité de retrouver tous les comics (magazines ?) cachés dans la ville ainsi que les entrainements très complet qui pourrait également vous prendre pas mal de votre temps libre.

 

Pour conclure,

Vous pouvez maintenant sans hésiter découvrir ou redécouvrir un jeu injustement méconnu qui a pourtant bien des mérites autant au niveau des graphismes qu’au niveau du gameplay très fun, maniable et en même temps très riche (ça reste rare et c’est important de le préciser).

Personnellement il est un de mes coups de cœur de la 64 bits de Nintendo. C’est un jeu qui, même aujourd’hui, reste intéressant et qui ne brûle pas les yeux, à la différence de beaucoup d’autres jeux de cette machine qui a marqué le début de la 3D.

Je vous le conseille donc fortement si vous ne le connaissez pas, que vous soyez nostalgiques, adeptes de Spider-Man ou simplement de bons jeux d’Action, Aventure, Plate-forme. Après tout l’émulation est là pour ça, non ?

Publié dans Tests Jeux

Commenter cet article